L’ÉMERAUDE

La pierre de lumière des Aztèques

La pierre de lumière des Aztèques

L’émeraude est une variété de béryl qui a la spécificité d’être colorée par le contact du chrome ou du vanadium et parfois, de ces deux éléments chimiques mêlés. Cette teinte verte est absolument unique. Aucune pierre à l’état naturel n’est en effet capable de présenter un tel esthétisme. L’émeraude a toujours fait figure de gemme d’exception.

 

Pierre de lumière chez les Aztèques, l’exploitation de l’émeraude s’est développée au quatre coins du monde et dans de nombreuses civilisations. Les extractions identifiées comme étant les plus anciennes se situent en Égypte. Connues sous le nom des « Mines de Cléopâtre » (la reine d’Egypte raffolait tout particulièrement de la pierre précieuse aux éclats verts), elles dateraient de 1.300 avant notre ère. On sait également que l’émeraude servait de monnaie d’échange à Babylone au IIe siècle avant notre ère.

 

Aujourd’hui, les principaux gisements se trouvent au Brésil, en Chine, en Colombie et en Zambie mais on en trouve également en Russie, au Mexique ou encore en Australie. À l’état naturel, cette gemme est plus rare que le diamant. Certains gisements, tels que ceux de Colombie, arrivent en effet à épuisement. Une rareté qui confère à la pierre une puissante valeur commerciale, bien supérieure à celle de l’or. Cette belle gemme réputée pour sa couleur verte a la spécificité d’être « dichroïque » : selon l’angle de vue, ses nuances de couleurs changent et passent du vert au jaune ou du vert au bleu.

En raison de leur taille généralement minuscule, les plus grandes émeraudes peuvent aujourd’hui atteindre une valeur vingt fois supérieure à celle du diamant. Le prix d’un seul carat d’émeraude particulièrement précieux se situe de nos jours entre 2 500 et 3 500 euros. Bien sûr, de tels tarifs dépendent de la qualité de la pierre qui peut être très variable et il est possible de trouver des émeraudes à quelques dizaines d’euros seulement. Plus la pierre est opaque, moins elle aura de valeur. L’émeraude est traditionnellement offerte pour le 20e et le 40e anniversaire de mariage.

LE SAPHIR *

La plus belle des choses

Tout droit venu d’Asie, le saphir fait partie des gemmes favorites d’une myriade de bijoutiers à travers le monde. C’est le corindon qui est à l’origine de cette pierre précieuse d’exception. Espèce minérale découverte par l’explorateur John Woodward au cours du XVIIIe siècle, le corindon peut être exposé à divers éléments qui influent sur ses teintes. Ainsi, lorsque la pierre est en contact avec du fer et du titane, elle devient bleue : c’est cette forme-ci du corindon que l’on nomme saphir, même si diverses colorations, généralement moins communes, existent également. Ainsi, le saphir se décline en rose, violet, jaune ou encore rose-orangé. Ce dernier coloris fait partie de ceux qui sont les plus recherchés. De tels saphirs sont en effet particulièrement rares dans la nature. Certains sont même incolores. Réputé pour ses vertus curatives et protectrices, le saphir fut de tout temps particulièrement apprécié des hommes et des femmes de pouvoir. Les joyaux ornés de saphirs bleus sont pléthoriques mais citons parmi les plus illustres : la parure de la comtesse Von Bismarck et sa pierre de 99 carats ou encore la couronne de la Reine Victoria et son splendide saphir de Saint Edouard.

 

Aujourd’hui, les gisements de saphir bleu se  situent principalement en Birmanie, au Brésil, à Madagascar, au Sri Lanka et en Thaïlande, mais les pierres les plus prisées proviennent du Cachemire. Symbole de sagesse, le saphir est le cadeau phare du 5e et du 16e anniversaire de mariage, mais est aussi la pierre précieuse la plus prisée pour les bagues de fiançailles. Le Prince William et son épouse Kate Middleton n’y sont d’ailleurs pas pour rien. Côté monture, le saphir se porte sur tout type de bijoux et se marie invariablement avec or jaune, or blanc et or rose. 

 

 

LE RUBIS **

Le roi des pierres précieuses

Le corindon est une pierre dure. Exposée à des traces naturelles de chrome, elle est chimiquement transformée en pierre rouge : le rubis. En raison de cette teinte rouge souvent profonde, les Grecs et les Romains de l’Antiquité voyaient en cette pierre précieuse un remède pour contrer les poisons. Considéré comme une sorte de porte-bonheur d’exception, on arborait le rubis pour se protéger de l’infidélité ou encore pour faire naître la flamme chez la personne convoitée.

 

Ces gemmes subissent généralement des traitements pour parfaire leur apparence. Grâce à des traitements thermiques et des techniques toujours plus modernes, leurs imperfections sont éliminées pour un éclat et une transparence nettement améliorés. La couleur du rubis peut varier du rose pâle au rouge profond, en passant par le rouge vif. Cette dernière nuance connue comme « sang de pigeon » est la plus recherchée. Le rubis se forme à 25-50 kilomètres de profondeur. Les rubis sont généralement taillés en ovale et n’excèdent pas les 10 carats. Si le Royaume de Myanmar (la Birmanie) est mondialement connu pour ses mines de rubis (90 % de la production asiatique), des gisements se trouvent également au Cambodge, en Inde, au Sri Lanka (mines les plus anciennes et datant du VIIIe siècle avant notre ère), en Thaïlande ou encore en Afrique de l’Est.

 

Avec une note de 9 sur l’échelle de Mohs, le rubis est, avec le diamant, la pierre la plus dure. En plus de la joaillerie, le rubis est utilisé dans les mécanismes horlogers pour limiter les frottements entre les différents rouages. Réputée pour bannir la colère et équilibrer les passions, le rubis est la pierre du mois de juillet. Il est de tradition d’offrir un rubis pour le 15e et le 35e anniversaire de mariage, mais cette pierre précieuse peut parfaitement être offerte pour n’importe quelle occasion
(fiançailles, anniversaire...).

*      En hébreu, saphir se dit « sappir »,

        mot qui signifie littéralement « la plus belle des choses »

**    En sanscrit, rubis se dit « ratnarah »,

        mot qui signifie « roi des pierres précieuses ».

Précieuses

Pierres