RECEVEZ NOS INVITATIONS

CONTACTEZ- NOUS :

  • Instagram
  • YouTube
  • Facebook

© 2020 par PlaceVendome.fr

Le Renouveau 

Joailler

De l'apres guerre

Le rétro (Les années 40) ou le renouveau de l’or

Réservé à l’effort de guerre au travers de l’industrie d’armement, le platine est, au sortir du second conflit mondial, rare et d’un coût conséquemment prohibitif.

Les joailliers trouvent dans l’or et ses déclinaisons d’alliage rose et blanc un parfait substitut. C’est désormais à l’or qu’ils appliquent un savoir-faire éprouvé et des innovations techniques, leur permettant de donner à la matière une souplesse qui rappelle celle d’une étoffe. L’or brillant et ses alliages sont ainsi travaillés en chevrons, torsades, tresses ou encore maille serpentine, se nouant autour du poignet ou du cou. Une large clientèle est alors conquise par ces créations souvent rehaussées de pierres précieuses comme le rubis ou semi-précieuses, signe d’une relative démocratisation du bijou.

 

L’après-guerre (Les années 50) ou le retour de l’inspiration naturaliste travaillé en éléments mobiles, l’or permet la réalisation de montures articulées et autorise toutes les fantaisies. Il permet l’épanouissement d’une joaillerie naturaliste illustrée par les feuilles, les fleurs et autres plumes de la Maison Mauboussin. Perles et diamants reviennent également à la mode dans les années 1950 et enrichissent la réalisation de bestiaires flamboyants. Souvent portés en broche comme la fameuse panthère en trois dimensions, devenue emblématique de la Maison Cartier. Le glas du géométrisme Art déco est définitivement sonné avec l’avènement du style New look de Dior et l’influence croissante des stars du septième art et du glamour qui les caractérise et concurrence désormais celui des
têtes couronnées dans l’imaginaire collectif.